La chronique de BLACK IS BACK « Cinquantenaire »

Logo Black is BackBon ce week end était pas mal. On a largement gagné de justesse à LANGON. Les supporters ont fait un repas que « J’te raconte pas », c’est ce qu’ils m’ont dit. Maryse a fait du cheval, je crois. J’ai pas bien compris. Y a des photos de tout ça, mais elles sont floues, et c’est sans doute mieux comme ça.
Autrement samedi j’avais ma journée signature chez Montaigne. Ça c’est bien passé aussi merci. En arrivant à la librairie, y’avait comme d’habitude une ribambelle de groupies qui m’attendait depuis la veille. 3 ou 4 d’entre elles se sont jetées nues sur ma voiture, mais bon, j’ai appris avec le temps à gérer cette situation. Rien de bien particulier donc !
Sauf que dans un coin y’avait Jean Marc. Vous voyez qui je veux dire ? Mais siiiiiii ! Jean Marc SEGUREL, on jouait ensemble au Rugby quand on était petit. Son père était coiffeur rue Pozzi, vous voyez ? Ah ben quand même !!!! Et donc le Jean Marc me dit « Tiens regarde, j’ai trouvé ça dans les affaires de mon père ». Quelques vieilles photos, « et toi t’es là, et moi je suis là, et là c’est machin et là c’est machin ». C’est toujours sympa ces vieilles photos. « Et ça c’est quoi ? – ça c’est une brochure que l’USB avait pondue pour ses 50 ans »
USB 1901 – 1951. Une merveille. Vous excitez pas, je vais la faire passer à Serge, elle sera bientôt dans les archives sur le site du club. Je vous raconte un peu en attendant.
Y a des photos encore beaucoup plus vieilles que celles de tout à l’heure. Genre des bobines avec le béret sur la carafe. Et aussi l’historique du club sur ses cinquante premières années. Le rédacteur est, bien sur, de la plus parfaite objectivité. Quand on gagne, on surclasse : « un match serré tout à notre avantage où nous triomphons par 6 à 3 ». Quand on perd, on s’incline : « malgré notre bravoure, nous succombons, mais en beauté sur le score de 9 à 6 ». Les juniors sont champions de France en 1945, entrainés par VEILLET et BRAMERIE. Tiens !!!!
Je vois les noms de certaines équipes rencontrées, Montélimar, Montluçon, Narbonne, Aurillac, Tulle, La Rochelle, Perpignan, Moulins, Valence, Carmaux, La Voulte … Je me dis au secours les déplacements avec les routes de l’époque et les cars de l’époque quand la vitesse de pointe était sensiblement la même que la vitesse de croisière : environ 45 Km/h. Fallait avoir envie.
Sur la brochure, y a aussi le boulot des prédécesseurs de Laurent PICON. Les annonces des partenaires. Enfin c’est pas tout à fait la même chose. Aujourd’hui on investi sur un encart publicitaire qui rentre dans un plan de communication, alors qu’à l’époque les mecs payaient pour faire de la réclame. Mais bon le principe reste un peu le même : Faire rentrer des sous. En parcourant ces annonces, j’apprends qu’aux Etablissements Durand-Barjeaud, c’est « des prix, de la qualité », alors que chez Printania c’est « la meilleure qualité au meilleur prix », ce qui n’a rien à voir. La France Agricole Cabinet immobilier 10 Avenue de Verdun Tel : 438. Reine Oil enfin une huile Bergeracoise vente exclusive aux garagistes et patentés de l’automobile. J Geraud place du Pont Agent VeloSolex. A la Grande Maison spécialiste de la gabardine Tel : 178. Chez Jean Coiffeur pour parler sport et être élégamment coiffé. A la station service BAUDELET on trouve tout pour le chien et la machine à coudre. A l’auto école « La Moderne » on apprend à conduire sur la 202 Peugeot. SAUX Sport 40 rue de la Résistance tout pour le camping. Les Etablissements VERNIENGEAL distributeur général FRIGECO. Attention La France Agricole est au 105 Avenue de Verdun au lieu du 10 mentionné (c’est pour ça qu’on le trouvait pas). Et il y a des noms qui nous parlent encore : Les Etablissements BOUCHILLOU Frères SA au capital de 16 380 000 Francs. Maison MALGAT arquebusier de père en fils maison fondée en 1878. B. SOUBZMAIGNE pneus neufs place des deux Conils rechapage échange. MIRABEL et Fils vêtements sur mesure tel : 205. Le TORTONI son bar son dancing. Librairie MONTAIGNE son salon de lecture. Ben voilà, comme qui dirait qu’on est reviendu au point de départ.
Le cinquantenaire vient de fêter ses 68 ans. Les pages sont un peu jaunes, les deux du milieu ne tiennent plus aux agrafes, mais c’est une merveille. Les mecs qui ont fait ça ont peut être connu Gaston SIMOUNET en personne, mais ce sont des copains quand même puisqu’on fait la même chose. C’est ce qu’ils disent dans cette brochure en tout cas « A travers les âges, faire de l’USB un grand club et une vaste famille ». Merci les copains d’avant.
Et merci Jean Marc

« Retour