La chronique de BLACK IS BACK « 3 SECONDES »

Logo Black is Back

« Bordel de Dieu ! Qu’est ce qu’il fout là lui ! ». C’est le premier truc auquel tu as pensé. Normalement la combinaison classique dans ce cas là c’est une 89. Pourquoi ils ont interverti ces cons ? En principe ça existe pas la 98. Toi, on t’a mis à ce poste parce que tu cours vite, que t’es pas bien gros et que tu joues long au pied. T’es pas là pour arrêter les tramways.
Y a 10 mètres entre lui et toi, et tu es dans le viseur. 10 mètres c’est pas beaucoup. En plus tu fais comme on t’as appris, tu cours vers lui, pour qu’il prenne pas trop de vitesse le
mi-homme mi-bus. 10 mètres, en gros moins de trois secondes avant l’impact.
Tu vois dans ses yeux, qu’il est pas du genre à faire un cadrage débord. N’y compte pas, il va jouer sur ton épaule faible, celle du milieu. Bordel il est monstrueux. Il chausse au moins du quarante dix neuf. 72 KG c’est ce que tu pèses. Comme lui, sauf que lui c’est à chaque jambe qu’il pèse 72 KG.
Reste moins de 2 secondes. C’est court et c’est long en même temps quand tu comptes en centième de secondes. Tu regrettes de n’avoir pas bien lu en détail le contrat d’assurance que t’as signé avec la licence. Tout va très vite dans ta tête. Y a peu de chance qu’il trébuche dans une taupinière le tyrannosaurus rex qui te fonce dessus. C’est sûr qu’il a déjà mangé tous les enfants de son village. Pour être grand comme ça, il a au moins dix vertèbres de plus que les autres. Plus il s’approche, plus il est large. Il rentre même plus dans le cadre de la photo. C’est de la bave qu’il a au coin de la bouche. Il a surement mangé l’institutrice aussi.
Moins d’une seconde. Normalement tu devrais partir en courant dans l’autre sens, mais là tu peux pas, tout à l’heure dans les vestiaires la capitaine a dit « Les mecs aujourd’hui, j’en veux pas un qui s’échappe, on est à la maison bordel, on leur montrer qui c’est Raoul ». Des mecs t’en a déjà dézingué plein, c’est pas le problème, mais d’habitude c’est des mecs normaux que t’as en face. Des mecs qui veulent te déborder. Tu plonges dans les guitares et ça tombe fastoche. Mais là !!! Avec çui là !!! En plus y a toute la famille dans les tribunes. T’ imagines ta mère qui s’est accroché d’un coup au bras de ton père en tournant la tête pour pas voir ça. Ton père qui dit « Aïe aïe aïe !!! Là ça va faire mal » en fermant à moitié les yeux.
Et y a aussi la petite brunette, que tu voudrais bien lui expliquer de prés les règles du regroupement, peut être même du groupé pénétrant qui se fini par un ballon porté.
Encore quelques fractions de seconde. Chaque fois que ses pieds touchent le sol, il arrache de la pelouse. Ils doivent l’appeler Attila chez lui. Ça te fait vibrer les organes de l’intérieur, comme si tu étais à côté de la grosse caisse de la Banda. Le temps est quasiment arrêté, tout se passe au super ralenti.
Encore 10 Centimètres. Tu penses à tout ce que tu n’as pas eu le temps de penser. Tu n’as même plus peur. Il n’y a plus personne d’autre sur terre que lui et toi.
Attention … Top impact ……… BIP … BIP … BIP … BIP …
Nous nous excusons de cette interruption momentanée du son et de l’image.

« Retour